Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
One Comment

Panasonic Lumix GF5: Essai matériel

Panasonic Lumix GF5: Essai matériel
Olivier Deveault

La série GF de Panasonic est, avec les appareils E-P d’Olympus, un symbole des appareils micro 4/3. Compact, puissant, robuste et polyvalent, les GF (et autres appareils micro 4/3) promettent une qualité d’image rivalisant les appareils compacts réflex dans un emballage tout petit, tout portable. Le Panasonic Lumix GF5 est le quatrième de la série GF et aussi le plus récent. L’appareil, lancé en avril 2012, itère sur ses prédécesseurs en offrant un capteur repensé et amélioré, un écran plus clair, un nouveau menu tactile et un objectif kit motorisé. Mais la compétition est féroce dans le domaine des appareils hybrides. Est-ce que les subtiles nouveautés du GF5 sont assez pour en faire une offre attrayante? Cet appareil mérite-t-il vos dollars et vos cents? Pensons-y ensemble dans les paragraphes qui suivent.

Sur papier, le Panasonic Lumix GF5 n’a rien de réellement révolutionnaire. Après tout, les appareils hybrides de 12 mégapixels sont monnaie courante de nos jours. Mais tout n’est pas dans le mégapixellage. Regardons de plus près les spécifications de l’appareil et de l’objectif kit.

Fiche technique

Panasonic Lumix GF5

  • Capteur MOS direct 4/3 de 12,1 mégapixels
  • Écran ACL tactile de 3 pouces avec 920 000 points
  • Moteur de traitement d’image Vénus
  • Mise au point automatique ultra rapide (0.09 secondes)
  • Enregistrement vidéo AVCHD et MP4
    • AVCHD: 1920×1080 (60i)
    • MP4: 1920×1080, 1280×720 (30 images/s)

Objectif Lumix G Vario X 14-42

  • F=14-42 (avec équivalence 35mm de 28-84mm)
  • Ouverture maximale variable, F3.5 à F5.6 (selon la focale employée)
  • Éléments asphériques
  • Stabilisateur optique Power OIS
  • Diagphragme circulaire
  • Monture en métal
  • Zoom et mise au point électrique, assistés

Il existe deux objectifs kit différents pour le GF5. Le Lumix G Vario X 14-42 (dont je parlerai dans cet essai) et le plus traditionnel Lumix G Vario 14-42. Chacun a ses avantages et ses inconvénients, mais je sais déjà lequel des deux je choisirais, si je devais me procurer le GF5. Nous discuterons plus tard (j’aime bien faire planer le suspense).

Tour matériel

Puisque je parle ici d’un appareil photo, pourquoi ne pas faire un tour de l’appareil en photo! Met le beurre dans la poêle grand-mère, parce qu’on s’en va faire un tour de machine!

Le devant du GF5 est simple et efficace. Poignée moulée pour une bonne et sécuritaire prise en main, lampe d'aide à la mise au point et bouton de dégagement de la monture sont les seuls participants à cette façade. L'objectif, lui, ne présente que ses inscriptions techniques et son premier élément optique sur le devant. Une fois l'appareil en marche, l'objectif s'allonge.

Le devant du GF5 est simple et efficace. Poignée moulée pour une bonne et sécuritaire prise en main, lampe d’aide à la mise au point et bouton de dégagement de la monture sont les seuls participants à cette façade. L’objectif, lui, ne présente que ses inscriptions techniques et son premier élément optique sur le devant. Une fois l’appareil en marche, l’objectif s’allonge.

Sur le dessus, on retrouve plusieurs éléments importants: le bouton de mode automatique intelligent, le déclencheur, le commutateur on-off, le bouton d'enregistrement vidéo, le haut-parleur, les microphones ainsi que le flash escamotable.

Sur le dessus, on retrouve plusieurs éléments importants: le bouton de mode automatique intelligent, le déclencheur, le commutateur on-off, le bouton d’enregistrement vidéo, le haut-parleur, les microphones ainsi que le flash escamotable.

 

Sur le côté de l'objectif, on retrouve la molette de zoom et celle de mise au point manuelle.

Sur le côté de l’objectif, on retrouve la molette de zoom et celle de mise au point manuelle.

Puisque le GF5 fait usage d'un (excellent) écran tactile, la face arrière de l'appareil ne présente que très peu de boutons. On y retrouve le bouton de relâche du flash, le bouton de visionnement, de contrôle de l'affichage et de menu rapide. En plein centre de ces derniers, on trouve le classique sélecteur multidirectionnel, encerclé d'une roulette de sélection.

Puisque le GF5 fait usage d’un (excellent) écran tactile, la face arrière de l’appareil ne présente que très peu de boutons. On y retrouve le bouton de relâche du flash, le bouton de visionnement, de contrôle de l’affichage et de menu rapide. En plein centre de ces derniers, on trouve le classique sélecteur multidirectionnel, encerclé d’une roulette de sélection.

 

La prise en main

Le Panasonic Lumix GF5 a beau être tout compact, il n’en est pas inconfortable pour autant. Panasonic a de l’expérience dans la conception d’appareils petits et puissants et ça paraît. La poignée est moulée de façon à guider les doigts de la main vers l’avant pour une prise sécuritaire. Un petit rebord dans le coin supérieur droit à l’arrière du boîtier guide le pouce et l’amène juste au dessus des contrôles. L’index est libre de se promener et d’activer le déclencheur ou les autres boutons du dessus de l’appareil. Le GF5 est une de ces caméras qui est possible d’utiliser adéquatement et de façon stable d’une seule main.

Malheureusement, la lune de miel ergonomique ne s’étend pas à l’objectif assisté. Lorsque monté sur l’appareil, les molettes de contrôle sont sur la gauche ce qui, techniquement, devrait rendre leur usage facile. Mais non. La molette de zoom est située trop haute sur le barillet pour pouvoir l’utiliser tout en gardant ma main gauche en dessous de l’objectif. Pour pouvoir avoir un accès facile au zoom, il faut trouver une façon de tenir l’appareil à deux main sans mettre la gauche en dessous, sans mettre le pouce gauche dans l’écran et sans, par mégarde, activer le zoom. Ceci m’a grandement, mais là, GRANDEMENT irrité.

Une fois ma montée de lait complétée, je peux reprendre mes éloges. Panasonic a fait un travail de chef dans le design des menus de l’appareil. Ils sont intuitifs sans être simplistes, ils sont facile à utiliser au doigt. Les icônes sont claires et faciles à comprendre. En plus, l’écran tactile répond adéquatement et précisément au toucher.

Prise de vue et qualité d’image

La prémisse du Panasonic Lumix GF5 (et des appareils micro 4/3) est d’offrir la qualité d’image et la polyvalence d’un réflex dans un boîtier à peine plus grand que celui d’un compact. Bien que ceci ait toujours été vrai, l’étendue dynamique et la performance en ISO élevés des prédécesseurs du GF5 demeuraient problématiques. Les situations d’éclairage difficile menaient souvent à des images écrêtées et tout réglage ISO dépassé 800 était synonyme de bruit numérique apparent.

Le Lumix GF5, avec son nouveau capteur et son nouveau processeur d’image, règle ces problèmes. Les fichiers JPG sortant de la caméra sont vifs et nets, avec du détail autant dans les hautes lumières que dans les ombres. Le bruit numérique devient apparent vers ISO 1600, mais demeure léger et sous contrôle.

Le système de mise au point amélioré du GF5 bonifie l’expérience de prise de vue. La mise au point s’effectue promptement et précisément, ce qui confère un grand sentiment d’efficacité à l’appareil. Ceci m’a apparu d’autant plus évident, étant moi-même possesseur d’un Lumix GF2.

Pour vous laisser apprécier par vous même la performance de l’appareil en faible luminosité, voici 4 fichiers présentant la même scène. Les images ont été prises à ISO 160, ISO 800, ISO 3200 et ISO 6400.

ISO 160

ISO 160

 

ISO 800

ISO 800

ISO 3200

ISO 3200

 

ISO 6400

ISO 6400

J’ai été surpris de voir que les images prises à ISO 3200 demeurent relativement nettes et détaillées. Je ne serais pas inconfortable de me servir de ce réglage en cas de besoin. Le tout se gâche à ISO 6400, mais les images pourraient tout de même servir en cas de nécessité ou pour de tout petit tirages.

Conclusion

J’ai passé presque 3 semaines avec le Panasonic Lumix GF5. J’ai passé la majeure partie de ces trois semaines à ne pas savoir quoi en penser. Je ne l’ai pas détesté, mais je ne l’ai pas adoré non plus. Le coup de foudre ne s’est pas fait sentir. Ce n’est qu’à la fin de l’essai que j’ai compris: le Lumix GF5 n’est probablement pas destiné au photographe aguerri désirant être en contrôle total en tout temps. Il est destiné au photographe amateur voulant graduer de son compact sans être laissé à lui-même dans le vaste et douloureux monde des réglages manuels. Une fois perçu dans cette optique, j’ai réussi à apprécier le GF5 à sa juste valeur.

Le positif

  • Mise au point ULTRA rapide
  • Boîtier super compact et vraiment très confortable
  • Excellente qualité d’image
  • Superbe gestion du bruit numérique, surtout considérant la performance des prédécesseurs de la série
  • Bonne autonomie sur charge

Le négatif

  • Le placement des molettes et l’ergonomie générale de l’objectif G Vario X 14-42

Le dernier mot

Le Panasonic Lumix GF5 est un appareil hybride super compact et bien performant. Parfait pour le photographe amateur voulant à la fois les aspects pratiques d’un appareil compact mais tous les avantages et l’extensibilité d’un appareil à objectifs interchangeables. Il ferait également un superbe second boîtier pour le photographe plus avancé. On voudra se procurer le kit avec objectif conventionnel si on ne prévoit pas faire de la vidéo. Le compromis de taille vaudra bien l’augmentation du confort de prise de vue.

L’ensemble Panasonic Lumix GF5 avec objectif Lumix G Vario X 14-42 a un prix de détail suggéré de 799$CDN, mais au moment de la rédaction de cet essai, il est disponible en ligne pour 499$ chez une multitude de détaillants.

Voir: Panasonic Lumix GF5 (Panasonic) | Panasonic Lumix GF5 (Lozeau)